RDC-FMI : PAS D'AIDE SANS STABILITÉ POLITIQUE!

La réponse à la lettre du Premier ministre Bruno Tshibala pour une demande d’aide financière au FMI, n’a pas tardé.

Par la voie de Christine Lagarde, le FMI a réagi négativement à l’appel; « Un chemin crédible vers la stabilité politique sera probablement une condition de tout paquet d’assistance »

Le 12 juin Tshibala avait écrit à Christine Lagarde pour demander des discussions avec le FMI afin d’obtenir un crédit ainsi remédier aux conséquences de la chute des prix des minerais. Tshibala prétend que la RDC n’a que trois semaines de devises étrangères pour assurer ses importations. 

Mais les donateurs ne sont pas dupes et accusent Kabila d’être à la base du chaos politique et économique qui se vit dans le pays. En refusant de quitter le pouvoir, favorisant des violations des droits de l’homme, créant un climat d’adversité contre les chancelleries occidentales et surtout la dernière déclaration du président de la CENI, évoquant la possibilité d’un renvoi des élections qui devraient avoir lieu à la fin 2017.

"Notre soutien devra faire partie d'un contexte qui permet une amélioration 
de la situation macroéconomique et qui implique un financement auprès 
des principaux partenaires de la RDC. 
Pour remplir ces deux conditions, une voie crédible vers la stabilité politique 
sera probablement une condition préalable" 
Christine Lagarde.

En bref, sans l’application de l’accord de la CENCO, le FMI ne donne pas d’aide financière a la RD Congo,  mais C. Lagarde compte envoyer une mission en septembre à Kinshasa pour évaluation…

Voilà que B.Tshibala se retrouve devant la réalpolititik, puisque plusieurs voix prétendent que c’est une stratégie des proches de Kabila pour endosser la faute au gouvernement du report des élections, ainsi éviter la colère du peuple contre la MP.

Kiki Patrick

(Visited 714 times, 1 visits today)

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.