Burkina : rentrée scolaire, une opération spéciale pour mettre la main sur les commerçants véreux

A la veille de la rentrée scolaire au Burkina, le Ministère burkinabè du commerce a officiellement lancé en début de semaine l’opération spéciale de contrôle des prix des fournitures scolaires. Pour marquer le coup, quelques commerces de la capitale ont reçu la visite d’une délégation du Ministère.

Cette opération spéciale de contrôle vise à dissuader les commerçants véreux qui augmentent illégalement les prix des articles. Elle porte sur plusieurs aspects de la mise en vente des fournitures scolaires, notamment l’affichage, le marquage, l’étiquetage et la facturation.

La délégation du Ministère a été désagréablement surprise de constater que toutes les modalités concernant la commercialisation des fournitures scolaires ne sont pas respectées. Dans les plupart des librairies qui ont été visitées, le principe d’inscription des prix sur les articles n’est pas considéré. Dans certaines autres, les prix sont inscrits sur les fournitures, cependant, ils font l’objet d’une surfacturation.

Salif Kaboré fait partie de cette deuxième catégorie de commerçants. Les contrôleurs l’écoutent se justifier : « J’étais en voyage et je suis venu trouver que les enfants ont noté les prix. Je n’ai pas eu le temps de tout vérifier. C’est pourquoi vous voyez que le prix de certains articles est plus élevé que la normale ».

Les explications n’ont manifestement pas satisfait les contrôleurs du jour et Salif Kaboré se voir délivrer un Procès-verbal. Il devra par la suite répondre devant les services compétents.

Des produits contrefaits et périmés

Les produits alimentaires ont également été passés à la loupe du Ministère du commerce. A la CO.BO.PRA (alimentation), des saisies ont été effectuées, entre autres, des piles prohibées, des produits mal conservés et périmés.

Pour le Ministre Stéphane Sanou, cet état de fait est inconcevable : « On ne peut pas comprendre de telles pratiques. Les fautifs doivent répondre de leurs actes. Si c’est un récidiviste, il va payer le prix fort. On peut même fermer sa boutique parce qu’il faut protéger le consommateur », s’explique-t-il.

Resbron Guy Barry

(Visited 18 times, 1 visits today)

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.