Burkina Faso : la tournée contestée de la Commission constitutionnelle

Après trois mois de travaux, les conclusions de la commission constitutionnelle sont connues. L’heure est maintenant à l’information des populations. Une mission d’explications qui va conduire les membres de la commission dans l’ensemble des régions mais aussi à l’extérieur du Burkina.

C’est le 15 mars dernier que les membres de la commission constitutionnelle ont entamé une tournée d’explication du nouveau document. Ce périple devra les conduire dans les 13 régions du Burkina. En plus des étapes du Burkina, la commission va rencontrer la diaspora burkinabè vivant sur le continent africain et en déhors. Côte d’Ivoire, Mali, Ghana, Sénégal, Gabon, France, Belgique, Italie, États-Unis et Canada autant d’étapes inscrites dans l’agenda de la Commission.

Avec les burkinabè de l’intérieur, le document devra être débattu de long en large. Dans l’avant-projet, la Commission constitutionnelle propose le régime semi-présidentiel. De même, elle a préconisé la limitation du nombre de mandats pour les députés à trois. Si le texte est adopté, cette innovation va concerner les mandats en cours. De même, les commissaires ont limité le nombre de mandats du président de l’Assemblée nationale à deux. Au nombre des droits consacrés par l’avant-projet de la loi fondamentale, figurent l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, le droit à l’alimentation saine, au logement décent, au sport et loisirs et à la santé.

Une tournée jugée coûteuses

Pour nombre de citoyens, le budget consacré à la tournée de la Commission, estimé à plusieurs dizaines de millions de nos francs, paraît excessive. La question qui revient dans toutes les conversations reste se résume en ces termes : a-t-on vraiment besoin d’envoyer des missions vers toutes ces destinations, surtout à un moment où le gouvernement dit à qui veut l’entendre qu’il n’y a pas assez d’argent ?

Ceux qui dénoncent le cout de l’opération s’inquiètent surtout des missions à l’étranger. À les écouter, seul le coût des sorties sur le territoire national est supportable. Pour eux, on pourrait  faire de l’économie les missions à l’international, en mettant à profit les représentations diplomatique du Burkina.

Pour rappel, la Commission constitutionnelle regroupe des représentants du chef de l’État, des partis politiques, des forces de défense et de sécurité, de la société civile et des défenseurs des droits de l’homme et de l’environnement. Après la tournée, le projet de Constitution sera remis au président du Faso. Celui-ci disposera alors de huit jours pour transmettre ses remarques à la commission constitutionnelle. Après validation du document par cette dernière, le texte pourrait alors être soumis à référendum.

Nouroudine Lenoble LOUGUE

(Visited 88 times, 1 visits today)

About The Author

Vous pourriez être intéressé par

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.