À Cœur ouvert avec Chantal Ramazani, bourreau de Moïse Katumbi malgré elle

En juillet 2016, la juge Chantal Ramazani Wazuri, ex-présidente du Tribunal de paix de Kamalondo, à Lubumbashi capitale du Katanga, a lu malgré elle un acte de condamnation de Moïse Katumbi à 3 ans de condamnation, l’excluant de facto de la course à la présidentielle dont on ignore encore la date. Depuis lors, Dame Chantal a maille à (dé)partir avec sa conscience et avec les hautes autorités judiciaires de son pays, qui l’ont contrainte à commettre l’irréparable. Entorse à la procedure, sentence incohérente sur une affaire immobilière jadis ensevelie, précipitation dans le jugement, abus de pouvoir de ses supérieurs hiérarchiques… le feuilleton fort médiatisé de Lubumbasci qu’elle a conduit a défié toute forme de mauvaise pratique judiciaire, d’où sa révolte contre un système kafkaïen qui a écrasé sa conscience de juge et sa dignité de citoyenne congolaise. Rencontrée à Paris pour un entretien exclusif, la Juge de Lubumbashi nous conduit dans les arcanes de la justice congolaise. Une justice qui sait si bien être injuste.

(Visited 345 times, 1 visits today)

Vous pourriez être intéressé par

Et si vous donniez votre avis ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.